28 boulevard de la République, 13410 Lambesc, France
 
Indisponible aujourd'hui
 

PSYCHOLOGIE

Education Développement Bien-être Apprentissages

Prise en charge du burnout parental

La parentalité est une expérience extraordinaire... on parle souvent du plus beau métier du monde et c'est vrai ! Mais être parent, c'est aussi un emploi en CDI à temps plein 7/7 et 24/24 sans RTT, congés ou démission envisageable.

La pression sociale exercée sur les parents est infinie et génère une souffrance psychologique enfin reconnue sous le nom de BURNOUT PARENTAL.

Il est le résultat d'un déséquilibre entre des facteurs de stress spécifiques à la parentalité et des ressources disponibles pour faire face aux difficultés.

Mais cette détresse n'est pas une fatalité. Il existe des solutions pour sortir du burnout :

  • La sensibilisation et la prévention avant l'apparition des symptômes
  • La prise en charge ciblée et  structurée en groupe ou en individuel

Être parent aujourd'hui

  • Des enfants plus désirés et investis
  • D'un modèle de mère à tout faire à un modèle de coparents... vers un partage plus équitable des tâches éducatives dans la famille?
  • La convention des droits de l'enfant ou le combat contre les violences éducatives amorcé au niveau sociétal
  • La quête du bonheur individuel devient le but d'une vie dans nos sociétés occidentales où la compétition et la performance sont omniprésentes.

Les symptômes du burnout parental

  • Epuisement - sentiment d'être vidé : La fatigue ressentie au niveau physique, émotionnel et cognitif devient chronique. 
  • Distanciation affective avec les enfants : Quand le parent n'a plus l'énergie ni le courage de s'impliquer autant dans cette relation.
  • Perte de plaisir, d'efficacité et aussi d'épanouissement dans son rôle de parent 
  • Avant/Après : Quand le parent ne se reconnaît plus et prend conscience du contraste important entre ce qu'il était et ce qu'il est devenu.

Les conséquences du burnout parental sur la famille

  • Sur le parent : irritabilité, santé physique, troubles du sommeil et de l'humeur, fatigue, négligence envers les enfants, honte et culpabilité...
  • Sur le couple : conflits, comportements de fuite
  • Sur l'enfant : somatisation, anxiété, difficultés scolaires, difficultés de comportement...

Priorité au diagnostic

Poser un diagnostic est essentiel.

Pour ce faire, il faut tenir compte du contexte familial, des symptômes primaires et secondaires et conduire un diagnostic différentiel.

Brisons les mythes sur le burnout parental

Déculpabilisons les parents

Le burnout parental est un truc de bonne femme

FAUX. Si les mères sont plus exposées parce qu'elles assument souvent plus de tâches éducatives, les études récentes démontrent que les pères sont plus vulnérables face aux facteurs de risque du burnout parental. Ils sont donc tout autant concernés.

Les parents qui travaillent beaucoup sont plus à risque

FAUX. Les parents qui travaillent beaucoup et s'organisent pour déléguer certaines tâches ne sont pas plus exposés que d'autres.

Le burnout parental ne concerne que les parents d'enfants "difficiles"

FAUX. Aucun facteur de risque ne suffit à engendrer du burnout parental. C'est plus le mal-être du parent vis-à-vis de son rôle qui est en cause plus que l'enfant lui-même, même s'il a des comportements difficiles à gérer au quotidien.

Le burnout parental ne concerne que les parents d'enfants en bas âge

FAUX. Les tout-petits nécessitent plus de soins constants, ce qui constitue une source de fatigue. Toutefois, les adolescents et certains comportements à risque qu'ils adoptent ou bien des enfants adultes revenus à la maison sont aussi des facteurs de risque pour le burnout parental.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.